Fuite d eau après compteur ? Nos solutions !

Demandez-nous des conseils sur votre problème !

Une fuite d’eau après compteur n’est jamais agréable à affronter, surtout quand arrive une facture d’eau élevée. On se demande souvent s’il faut avertir le propriétaire ou pas, ou encore s’il faut payer les frais de réparation en attendant qu’il les rembourse. Propriétaire ou locataire, qui doit payer les frais de réparations ? Quelles sont les méthodes de détection d’une fuite d’eau après compteur ? Éléments de réponse dans cet article.

Quand est-ce que la responsabilité du locataire est engagée ?

Tout locataire est tenu d’avertir son propriétaire avant de réaliser des travaux chez lui. En cas de dégât des eaux ou de fuite d’eau après compteur constaté dans un logement dont vous êtes locataire, vous devez prévenir votre propriétaire ou bailleur avant toute démarche complémentaire. En absence d’information, votre propriétaire peut légalement refuser d’assumer les dépenses liées à une réparation, si éventuellement il est reconnu comme responsable. Même si votre propriétaire n’est pas joignable, laissez-lui une note ou un mail.

Étant donné que vous êtes l’occupant, vous avez l’obligation d’entretenir tout ce qui a rapport à votre appartement. En cas de fuite d’eau après compteur, dont l’origine se trouve dans votre logement, vous êtes le premier responsable. Vous devez déclarer le sinistre à votre assureur pour qu’il vous dédommage. Si vous n’avez pas souscrit à une assurance couvrant la garantie « dégât des eaux », vous serez obligé d’assumer toutes les dépenses liées à la réparation de la fuite. De même, vous avez l’obligation de payer les surconsommations d’eau. Toutefois, il est possible de négocier un plafonnement de facture avec la compagnie d’eau.

Quand est-ce que la responsabilité du propriétaire est engagée ?

Tout propriétaire d’une maison individuelle est responsable des dommages créés par une fuite d’eau après compteur. Il est également responsable des surconsommations d’eau engendrées par ce sinistre. Pour être indemnisé, il doit déclarer le sinistre et fournir les preuves de sa survenue.

Si vous êtes propriétaire d’un appartement dans un immeuble en copropriété, vous devez avertir votre syndic avant d’engager toutes démarches de réparation. Le syndic maîtrise toutes les informations liées à vos canalisations et celles des autres occupants. Il a également l’habitude de travailler avec des professionnels ont participé à la construction de l’immeuble. Il est donc votre premier interlocuteur. Au cas où l’origine de la fuite serait détectée dans une partie commune, c’est l’assureur du syndic qui dédommage tous les occupants concernés par le sinistre.

Si vous êtes propriétaire d’une maison en location, votre responsabilité est engagée en cas de fuites liées à la vétusté de l’installation, c’est-à-dire l’usure normale des canalisations et des tuyaux. Cette disposition est valable dès lors que le locataire avertit le propriétaire avant l’intervention d’un professionnel.

Que se passe-t-il après détection de l’origine d’une fuite d’eau après compteur ?

Si vous êtes confronté à une fuite d’eau après compteur, votre premier réflexe sera de stopper l’arrivée d’eau, d’avertir le propriétaire ou le syndic, puis de contacter un professionnel pour la détection de la cause. Cette étape est indispensable en ce sens qu’une fuite peut ne pas être apparente. Dans ce cas, seul un professionnel peut diagnostiquer vos canalisations et trouver une solution durable.

 Il existe plusieurs méthodes de détection de fuite d’eau après compteur 

– La mise en épreuve des tuyaux de la canalisation : cette méthode permet d’inspecter les canalisations d’une maison en procédant par un test de pression et/ou un test d’étanchéité. Idéal pour canalisation nouvellement installée, elle se pratique grâce à un manomètre. 

– La méthode de la thermographie : Elle consiste à se servir d’une caméra thermique pour détecter les fuites d’eau. Cette méthode est adaptée aux canalisations d’eau, aux planchers chauffants et aux radiateurs.

L’utilisation d’un colorant (Fluorescéine et/ou Rhodamine B) : ces deux colorants ne sont pas toxiques. Ils sont utilisés en faible concentration pour la détection de fuite d’eau dans les canalisations. Ils ont la particularité de changer de couleur lorsqu’ils sont au contact de l’air et de l’eau.

– L’utilisation de l’électro-acoustique (Ultrason) : cette technique permet de localiser des fuites dans des canalisations enterrées (plastique ou métallique).

Inspection par caméra endoscopique : idéale pour les fuites intermittentes, elle consiste à utiliser une caméra endoscopique pour explorer les canalisations et identifier la cause de la fuite.

– Le Gaz traceur : ce gaz inodore est injecté sous pression dans les canalisations pour détecter les fuites. Son utilisation est simple, mais il faut faire appel à un professionnel pour avoir le résultat souhaité.